Clem Vanhee/Atelier185 — comme un chef

Que serait un boulanger sans son rouleau à pâtisserie ? Un boucher sans son bloc à découper ? Et un chef cuisinier sans son couteau ? Pas grand-chose. C’est à partir de cette idée que Clem Vanhee de l’Atelier185 a imaginé sa mission : fabriquer le meilleur couteau possible, pour les meilleurs chefs. 100 % fait main en Belgique !

L’histoire de Clem Vanhee est un exemple de passion et d’artisanat. Après avoir terminé ses études, il a suivi une formation de forgeron ornemental en 2005. En 2007, son premier couteau fait maison a vu le jour. Pourtant, ce n’est qu’en 2017 que Clem a décidé de transformer son hobby en métier. Jusqu’alors, il avait occupé divers postes allant de soudeur à directeur de la R&D chez Metalfire.

Aujourd’hui, les couteaux de Clem sont achetés et utilisés principalement par les meilleurs chefs du pays. Le jour où il a reçu un appel de Pascal De Valkeneer, du célèbre magasin deux étoiles bruxellois Chalet de la Fôret, restera à jamais gravé dans sa mémoire.

 Clem, pouvez-vous expliquer aux novices ce qui rend tes couteaux si spéciaux ? 

Pour moi, un couteau n’est pas un simple outil mais bien un mélange délicat de design fonctionnel, d’artisanat et d’art pur. Depuis 2010, j’ai commencé à expérimenter l’acier damassé. En tant qu’ingénieur en mécanique, la qualité de l’acier, les propriétés des matériaux et la dureté sont extrêmement importantes pour moi. J’ai fait examiner et approuver mon acier damassé forgé à la main par le professeur Coudeville, spécialiste des matériaux au département de la KU Leuven à Bruges. Tout est fait à 100 % dans mon atelier. Tout est 100 % fait main en Belgique et nous en sommes fiers !

Qui vous a le plus appris au fil de votre parcours ? 

J’essaie d’apprendre de tous ceux que je rencontre, mais en premier lieu de mes parents. J’ai la chance d’avoir eu une enfance très instructive, une femme fantastique et de super bons amis sur lesquels je peux réellement compter.

Piet Vermassen, le PDG de metalfire, malheureusement décédé, où j’étais directeur de la R&D, m’a beaucoup appris en affaires et m’a, comme on dit, « poussé au derrière » lorsque j’hésitais à créer ma propre entreprise.

Philip Vercammen, professeur de forge ornementale au CVO à Gand, mérite également une mention honorable!

De quoi êtes-vous le plus fier ? 

Le fait que de grands chefs comme Pascal Devalkeneer me commandent leurs couteaux. Et récemment aussi ma reconnaissance en tant que maître artisan et mon inclusion dans le guide « homofaber » de la Michelangelo foundation.

Quel objectif souhaitez-vous encore atteindre ? 

Bien sûr, je veux continuer à vendre des couteaux à des clients passionnés. Bien qu’il serait bon de pouvoir travailler avec quelques grands chefs de plus.

Informations sur Clem Vanhee et son atelier185

Site webSite web de Atelier 185


Plus d'articles Clem Vanhee/Atelier185 — comme un chef

{{ popup_title }}

{{ popup_close_text }}

x